Comment mettre en valeur ses jobs d’été dans son CV ?

Les petits boulots d’été assurent un certain revenu aux étudiants. Celui-ci peut subvenir à des besoins non négligeables, tels que le financement de leurs études. Toutefois, il ne s’agit pas d’achever son boulot et de tourner la page, mais d’en tirer profit en le mettant en valeur dans son propre Curriculum Vitae. L’objectif étant de se démarquer par rapport à d’autres candidats d’un poste à pourvoir, surtout lorsqu’il s’agit d’un profil dépourvu d’expérience professionnelle.

jobs d’été dans son CV

L’intérêt de mentionner ses jobs d’été dans son CV

Les chasseurs de têtes apprécient bel et bien les CVs des diplômés qui ont enchainé des jobs d’été, car ils font preuves de prise de responsabilité et de débrouillardise. En effet, au moment de l’obtention des diplômes et de la recherche d’un premier emploi, le cursus académique et les stages effectués peuvent ne pas suffire pour démontrer le professionnalisme acquis par le candidat pour qu’il soit en mesure d’occuper  le poste visé. Pour cela, il est préférable d’avoir effectué des jobs d’été pour les mettre en avant lors de la rédaction de son CV afin de montrer qu’il a déjà mis un pied dans une structure et sait donc se conformer aux codes et règles du monde d’entreprise.

Par ailleurs, tenter de choisir son job d’été en fonction de ses objectif professionnelles futures est parfait. L’exemple est donné par un étudiant qui souhaite entamer une carrière professionnel dans le secteur du voyage et tourisme et qui enchaîne à présent des petits boulots  d’été en tant que guide touristique.

A défaut du choix parfait, toute expérience est bonne à apprendre. De ce fait, Même si les missions qui vous ont été confiées ne correspondent pas à votre cursus académique et au poste envisagé, vous êtes tenus de les mentionner pour  faire la différence. Ce qui importe, c’est de savoir comment  ressortir les compétences dans un CV et le savoir-faire que vous avez acquis dans ces petits boulots. De plus, les recruteurs approuvent les compétences transversales qui sont transposables partout dans le monde du travail.

Les compétences et les qualifications issues des jobs d’été

Les compétences tirées

Prenons l’exemple d’un jeune qui a eu l’occasion  d’enchaîner plusieurs jobs saisonniers dans l’animation. Il peut mettre en avant ses acquis, tels que la prise de parole en public, l’esprit d’équipe, le sens de l’organisation, la capacité à fédérer, le dynamisme, pour n’en citer que quelques-uns. Autre exemple, si un diplômé a travaillé en tant qu’encadrant des jeunes dans une station balnéaire, cela dénote le développement en terme de sa capacité à assumer ses responsabilité  d’encadrement et peut donc servir pour un poste de management. Enfin, même un job en qualité de serveur dans un café peut s’avérer important à mentionner. Cela prouve qu’il a développé des compétences en matière de communication et de comportement avec les clients.

Les qualifications obtenues

Par ailleurs, le travailleur d’été doit également mettre en relief les qualifications qu’il a obtenues, s’il y en a, pour l’exercice d’une activité saisonnière. Les diplômes tels que le BAFA (Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur) ou encore le BSB (Brevet de surveillance de baignade), témoignent de son investissement pour l’obtention d’un job d’été.

Valoriser son parcours professionnel via ses jobs d’été

Pour les chasseurs de tête, les petits boulots saisonniers sont généralement plus valorisés que les stages en entreprises. Et pour cause, les travailleurs sont plus engagés et plus sollicités par leurs dirigeants. Cela est d’autant plus vrai lorsqu’on remarque récemment une tendance élevée des recruteurs vers les profils qui disposent d’un travail effectif plutôt que vers les stagiaires. Ainsi, il est judicieux de mettre ses jobs d’été dans la rubrique d’expérience professionnelle, accompagnés de leur durée et des tâches à effectuer.

Finalement, après avoir passé par des expériences plus conséquentes, vous pouvez transférer ces expériences estivales ainsi que les diplômes y afférents vers une rubrique auxiliaire, telle que  « divers » ou « passion ».